maintenant... reconstruire

Posté le 28/05/2017

Une situation politique inédite

 

Cela a été dit et redit, la situation politique actuelle est inédite. Elle l’est non du fait de la jeunesse d’Emmanuel Macron ni de son ascension éclair à la tête du pays, mais bien de l’état de déliquescence des 2 partis de gouvernement traditionnels, et dont Macron a si habilement su tirer profit.

Le parti LR, qui aurait dû “logiquement” bénéficier de l’alternance, a vu son candidat et sa crédibilité durablement entachés par les affaires. Un retournement de situation si rapide montre l'extrême fragilité de ce parti.

Le PS, après 10 années d’opposition, possédait en 2012 toutes les cartes pour mettre en place la politique pour laquelle F. Hollande avait été élu : l’Assemblée et le Sénat, 21 régions sur 22, la majorité des départements et des grandes villes. Il fait maintenant l’objet d’un tel rejet de l’opinion publique que ses électeurs ont préféré voter massivement pour des candidats incarnant le “dégagisme” ou le renouveau.

 

L’état du PS.. est largement mérité !

 

Il faut le reconnaître, la situation actuelle est catastrophique. L’état actuel du parti socialiste résulte d’une double défaite : celle des 2 gauches soi-disant “irréconciliables”.

La première ligne, celle qu'a dessinée F. Hollande au cours de son quinquennat, par petites touches sociale-libérales, puis que M. Valls a incarné de manière clivante et autoritaire, celle-ci a été sanctionnée à toutes les élections intermédiaires et a conduit au renoncement de F. Hollande puis à la sévère défaite de M. Valls à la primaire socialiste.

La seconde ligne, ensuite, incarnée par les députés “frondeurs” du PS, a considérablement affaibli le gouvernement sans rien obtenir en retour : pas de réorientation à gauche, et encore moins d’alliance avec les autres partis de la gauche.

Largement élu pour porter un programme ancré à gauche, Benoît Hamon a remporté une victoire à la Pyrrhus! Il s’est ensuite maladroitement heurté à la radicalité de l’extrême gauche, qui n’avait pour seul objectif que d’abattre le PS pour asseoir son leadership à gauche.

Après cette “drôle de défaite”, pourtant cinglante dans les chiffres, beaucoup de militants du PS n’ont pas l'impression d’avoir perdu. Macron, c’est moins grave que Fillon, pensent-ils ! Certes, mais Macron ne rénovera pas nos institutions fatiguées, ne proposera pas de nouveaux droits pour les citoyens, de nouvelles protections pour les salariés. C’est au parti socialiste de le faire, car c’est sa raison d’être.

 

Et maintenant... reconstruire

 

La question que doit se poser le PS est celle du message dont il est encore porteur. Y a-t-il une place entre le libéralisme économique et sociétal de Macron et la tabula rasa souhaitée par la gauche radicale ?

La nécessaire reconstruction d’un parti moderne devra passer par 3 étages : le renouvellement, la clarification politique, l’inventivité.

 

  • Une volonté de renouvellement de la classe politique, il faut l’accompagner !

Les électeurs ont voté massivement, sous une forme ou une autre, pour un renouvellement de la classe politique. Du fait de sa jeunesse, de son positionnement hors partis, et d’une bonne fortune à toute épreuve!, ce renouvellement s’est trouvé le mieux incarné par E. Macron.

Reconnaissons que les choses ont été faites par F. Hollande, dans la douleur parfois, pour le renouvellement politique et la transparence de la vie publique, notamment la loi limitant le cumul des mandats et qui a conduit à ce qu’un tiers de député ne se représentent par aux législatives.

Le PS doit aller plus loin, notamment en luttant en interne contre les “baronnies” locales, et accompagner ce mouvement à la fois dans sa base militante, dans sa structure et sa démocratie interne.

 

  • Une clarification politique s’impose aux partis de gouvernement

Nous devons repenser notre manière de faire de la politique. Il n’est plus possible dans l’opposition de promettre monts et merveilles, pour ensuite, aux affaires, appliquer une toute autre politique. Cela décrédibilise l’action politique, nourrit le “tous pourris” et renforce les partis extrémistes.

Il est indispensable maintenant former une opposition constructive, qui défende des valeurs plutôt qu’une ligne idéologique ; une opposition qui représente le peuple de gauche ; une opposition qui propose des solutions modernes, inventives, ambitieuses.

Cela n’est possible que si le PS est clair sur sa ligne politique et sur les valeurs cardinales qui la sous-tendent.

 

  • Une politique inventive, progressiste et ambitieuse

Pour certaines de ses plus emblématiques propositions, Benoît Hamon a été taxé d’utopiste par certaines voix à gauche...

Il est pourtant certain que la plupart des avancées sociales des 50 dernières années ont longtemps été jugées irréalisables, avant d’être finalement mise en oeuvre lorsque le rapport de force politique l’a permis!

Le PS ne peut pas se limiter à être un gestionnaire du pays, sans remettre en cause le cadre de la société. De ce point de vue, l’utopie est la raison d’être de la gauche ! Il s’agit de faire advenir une société meilleure, et de proposer un chemin pour y parvenir.

Les enjeux sont inédits et urgents et les solutions clés en main n’existent pas. Il faut avoir l'honnêteté de l’expliquer et l’ambition de trouver de nouvelles solutions, inventives et progressistes.

Lire la suite...

Appel a voter dimanche!

Posté le 04/05/2017

Le 23 avril 2017, la candidate du Front National a franchi la barre des 20% de suffrages et elle est aujourd’hui créditée du double pour le scrutin de dimanche prochain.

Nous ne devons pas nous résigner à ce que l’installation en force du Front National au cœur de notre système politique se banalise.

Il est honteux de mettre dans le même sac la candidate du Front National et celui d’En Marche !

En effet, ce que nous contestons avec vigueur chez Madame LE PEN, ce n’est pas tant les catastrophes auxquelles conduirait instantanément sa politique économique, ni l’isolement périlleux où elle plongerait la France sur la scène européenne, mais sa conception autoritaire du pouvoir qui récuse tout contre-pouvoir syndicale, judiciaire ou médiatique.

Sa rhétorique s’inspire d’une extrême droite nationaliste, xénophobe et identitaire.

C’EST POURQUOI nous appelons dimanche prochain à voter pour Monsieur Emmanuel MACRON afin de refuser la haine de l’autre et le repli sur soi.

Lire la suite...

De quoi le vote utile est-il le nom?

Posté le 12/04/2017

Le vote utile était, il n’y a pas si longtemps, le moyen d'assurer la présence d'un candidat progressiste de gauche au 2nd tour de la présidentielle. A l’époque cela voulait dire un candidat du PS. Mais dans la configuration inédite de 2017, cette hypothèse est compromise car le favori des sondages n'est ni socialiste, ni même de gauche.

 

On croirait que les électeurs de la gauche ont tellement admis la défaite que certains saisissent l'occasion de pouvoir choisir le moindre mal, trop heureux de s’éviter un vote Fillon pour contrer Le Pen. Pour eux, voter pour Macron dès le 1er tour de l’élection présidentiel, ce n’est donc pas un vote de conviction, ni même un vote de raison. Le vote utile est un vote stratégique, piloté par les enquêtes d'opinion.

 

Le vote stratège, c’est un peu “l’élection présidentielle qu’on assassine” ! Dans une élection à deux tours, le principe est de procéder par choix au 1er tour et au 2nd tour par élimination. Avec la qualification assurée de l'extrême droite, on annule purement et simplement le premier tour, et on choisit le candidat qui aura “l’honneur” d’être confronté à Marine Le Pen. On en oublie que notre principal ennemi reste le FN et ses idées. Le vote utile est un vote qui rend les armes face aux idées de l'extrême droite.

 

Pour les électeurs de gauche qui voudraient voter macron au 1er tour se posera la question de la bataille suivante : les législatives. Quel sera alors le vote utile ? Faudra-t-il voter encore voter En Marche pour éviter de bloquer le système ?

Le vote utile est finalement le vote qui renforce le système, le pousse jusque dans ses retranchements, plutôt que d’aller vers une indispensable rénovation de nos institutions démocratiques. 

 

Les sondages prédisent une abstention forte, qui est, en partie, produite par le discours du vote utile. En effet, quelle est la motivation pour aller voter si ce n’est pas par adhésion ? Et pourtant, cette fois ci, les programmes politiques sont inventifs et foisonnants, la palette de l’offre politique est diversifiée et les 11 candidats sont très marqués idéologiquement.

Le vote utile nourrit une abstention forte, donc un amoindrissement de la légitimité démocratique pour le prochain président de la république.

 

Enfin, à ceux qui se refusent à voter Fillon en cas de 2ème tour Fillon-Le Pen, il faut recommander la lecture des programmes du FN et du candidat LR ! Celui du FN est clair : retour de l’ordre moral, exclusion des minorités, préférence nationale dans tous les domaines, jusqu’à l’absurde. C'est le programme des régressions sociales, économiques et politiques.

Non décidément, la droite républicaine n’est pas l'extrême droite : le front républicain doit encore fonctionner quel que soit l’opposant à Marine Le Pen.

Lire la suite...

Debat citoyen a Cadenet sur la sante

Posté le 08/04/2017

Lire la suite...

Manifestation pour la solidarite

Posté le 06/04/2017

Une fois encore plusieurs centaines de personnes ont répondu présent à la manifestation organisée par le collectif Bienvenu Sud Lubéron!
 
Un rassemblement deavant l'école Lucie Aubrac suivi d'une "déambulation" bon enfant dans le village de La Tour d'aigues avec banderoles, pancartes et casseroles pour s'opposer fermement à la réunion publique organisée par le FN. 
 
 
 
Plus tôt dans la journée, un arrêté municipal avait interdit le meeting, mais il a été annulé in extremis par le tribunal administratif. Marion Maréchal peut bien s'offusquer d'un déni de démocratie, cette manifestation pacifique et joyeuse a au contraire fait la preuve d'une démocratie vivante et attentive aux valeurs d'humanité et de solidarité. 
 
 

Lire la suite...

Le FN revient faire campagne en Vaucluse

Posté le 02/04/2017

En octobre dernier, Marion Maréchal-Le Pen était venue à La Tour d'Aigues dénoncer l'accueil de migrants à Grambois. Plusieurs centaines de personnes étaient venue lui montrer que ses idées ne sont pas les bienvenues en Vaucluse. A la faveur de la campagne, elle revient pour une réunion publique le mardi 4 avril.

A l'initiative du collectif Bienvenue Sud Luberon, un rassemblement est prévu

mardi soir devant l'école Lucie Aubrac à 18h

pour faire entendre la voix de la solidarité face aux idées nauséabondes du F-Haine.

Il s'agit de faire du bruit, d'apporter des casseroles, des instruments de musiques, des cornes de brumes pour couvrir le discours de rejet du F-Haine.
Venez nombreux !

Lire la suite...

Il faut etre irreprochable, ecrivait M. Fillon

Posté le 22/03/2017

Alors que l'on apprend aujourd'hui l'extension de l'enquête sur F. Fillon à des faits de "faux et usages de faux" et "escroquerie agravée", il est intéressant de se repencher sur quelques décalarations faites avant son investitures par le parti Les Républicains ! 

 

 

 

"Beaucoup de Français ont l'impression de travailler pour ceux qui ne travaillent pas"

a dit F. Fillon en novembre 2016.

Commentaire : Il faut bien que quelqu'un travaille pour financer les emplois fictifs payés sur des fonds publics !

 

"Pour gouverner un pays, ma conviction est qu'il faut être irréprochable. Je pose le principe de l'exemplarité du Président et des ministres"  

écrivait F. Fillon en septembre 2016.

Commentaire : Par cette affirmation, M. Fillon se considère inapte à la fonction de membre d'un quelconque gouvernement et à plus forte raison à celle de Président de la République. Mais ce n'est que sa "conviction". Autrement dit, "Jugez-moi sur mes paroles et non sur mes actes"

Lire la suite...

Fillon a Pertuis : visite sous haute surveillance

Posté le 16/03/2017

En visite surprise à Pertuis hier soir, et au lendemain de sa mise en examen pour détournement de fonds publics, François Fillon voulait tourner la page et relancer une campagne présidentielle plombée par ses ennuis judiciaires.

Mais comment le candidat peut il faire campagne - c'est à dire parler du fond de son programme - quand il est accueilli par des concerts de casseroles partout où il se rend ? Comment peut il se réclamer, avec des accents gaullistes, d'un lien particulier avec le peuple, quand il ne peut plus aller au contact des gens ?
 
La réunion publique d'hier soir est un bon exemple de ce qui attend le candidat LR pour le reste de la campagne. Malgré un lourd dispositif policier, plusieurs centaines de personnes ont tenu à se faire entendre devant la salle des fêtes de Pertuis.
 
 
 

Lire la suite...

Feu sur la Justice, feu la democratie !

Posté le 04/03/2017

Communiqué de la Ligue des Droits de l'Homme

Face aux procédures qui les touchent, François Fillon et Marine Le Pen crient au scandale et demandent une trêve électorale. Au mépris de l’indépendance des juges et de l’égalité de tous devant la loi.

 

L’attaque en règle La fusillade dont est l’objet l’institution judiciaire est un phénomène récurrent. Non que cette « autorité » soit exempte de critiques, mais entre critiquer le fonctionnement de l’appareil judiciaire - son conservatisme, son caractère répressif, etc. - et remettre en cause l’égalité des citoyens et citoyennes devant la loi lui,  au profit d’une sorte de privilège de caste, voici ce que les responsables politiques de tout bord n’ont cessé de faire depuis que notre pays vit sous le régime de la séparation des pouvoirs (au moins en principe !).

 

Traditionnels arrangements entre amis

François Fillon crie à l’assassinat politique et Marine Le Pen dénonce un parti pris à son encontre. Dans le cas de François Fillon, ce qui lui est reproché, ce sont les traditionnels arrangements entre amis propres à une classe sociale qui ne comprend même pas ce qu’ils peuvent avoir d’indécents avant même de considérer leur légalité.

 

Lire la suite...

Le maire de tous les Pertuisiens, vraiment ?

Posté le 27/02/2017

Le maire, qui administre la commune avec le conseil municipal, ne se doit-il pas, une fois élu, d'être le représentant de l'ensemble du territoire communal et de ses habitants ? Cela lui impose un comportement exemplaire qui ne souffre aucun dérapage.

Qu'en est-il à Pertuis ?

Lors d'une manifestation qui regroupait à Pertuis des "personnes du 3è âge", après son intervention, M. le Maire refuse d'une manière brutale, de donner la parole à la Conseillère Départementale, cette" bonne femme" élue de notre canton. Outre le caractère insolent de l'expression, il apparaît que notre maire rejette au travers de notre conseillère, non seulement les électeurs qui l'ont portée à cette responsabilité, mais l'ensemble de la population du canton qu'elle représente. C'est un comble !

Lire la suite...

Pages : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ 5 ] [ 6 ] [ 7 ] [ 8 ] [ 9 ] [ 10 ] [ 11 ] [ 12 ] [ 13 ] [ 14 ] [ 15 ] [ 16 ] [ 17 ] [ 18 ] [ 19 ]